orme
 
Vous êtes ici > Des ormes > Arbres      

 

BONSAI
bonsai
 
POEME
Gilles des ORMES
(1438-1500)

En la forest de Longue Attente
Mon povre cuer tant se garmente
D'en saillir par aucune voye
Qu'il ne lui semble pas qu'il voye
Jamais la fin de son entente.

Desconfort le tient en sa tente
Qui par telle façon le tente
Que j'ay paour qu'il ne se forvoye
En la forest de Longue Attente.

Espoir en riens ne le contente
Comme il souloit, pour quoy dolente
Sera ma vie, ou que je soye,
Et si auray, en lieu de joye,
Dueil et Soussy tousjours de rente
En la forest de Longue Attente.

 
 
 

LES ARBRES


Les Ormes sont des arbres hauts. L'Orme champêtre (Ulmus campestris) atteint 30 m de haut, certaines espèces vont de 40 à 50 m, aujourd'hui sur le déclin. C'était pourtant des arbres de très longue longévité : bi ou tri-centenaire, raison pour laquelle Sully préconisa, dit-on, leur plantation.
On reconnait l'arbre à son port spécifique en forme de fontaine ou de parapluie, à son écorce grise profondément fissurée et à ses feuilles alternes, asymétriques et nues. Les fruits de l'Orme se nomment des "samares", ils ont des ailes membraneuses qui mûrissent en mai.
C'était autrefois une essence ligneuse de la plus haute importance, fournissant à l'ébénisterie un bois de placage de grande valeur grâce à sa texture caractéristique (la loupe d'Orme était réservée aux très beaux meubles).
On trouve l'Orme lisse en peuplements mixtes avec le Chêne, l'Aulne et le Peuplier noir. Les Ormes coexistèrent pendant des millénaires avec des hôtes indésirables, des coléoptères, et ils se protégeaient toujours contre les invasions des champignons parasites qui propageaient la maladie hollandaise de l'orme (Ceratocystis ulmi) que les coléoptères transmettaient aux tissus conducteurs des ormes.
Durant les dix premières années du XX° siècle on a vu déferler la première grande vague de maladie des Ormes, la graphiose, provoquée par ces champignons. Enrayée partiellement, une deuxième vague survint entre les années 60 et 80 et provoqua des catastrophes. Certains pays ont constaté le dépérissement de 98% de leurs Ormes lisses (la population d'ormes à Paris est passée de 30.000 à 1.000 en 25 ans). La graphiose sévit d'abord dans les plaines puis, plus tard, elle atteignit même des peuplements montagneux. Elle frappait non seulement l'orme lisse, mais aussi d'autres espèces d'ormes.

Les pronostics demeurent pessimistes bien que, dans certains pays, on ait employé des moyens considérables pour en venir à bout. En Grande-Bretagne, on a tenté de protéger les arbres par des injections de fongicides, sans grand succès.

Pour en savoir plus : un site passionnant qui porte bien son nom !

 

 haut de pageHaut de page 


BON A SAVOIR

 

Dans l'horoscope celtique les arbres symbolisent les différentes périodes annuelles. On retrouve notre Orme du 12 au 24 janvier et du 15 au 25 juillet

 
     
  L'Orme est symbole de noblesse, de justice et de tolérance.
Les natifs de l'Orme s'imposent par leur générosité sans craindre la marginalité.  
 
     
  L'histoire des ormes en Europe commence en Grèce : la Sainte Orme d'Ephesos est bien connue. Peu après, dans un très ancien recueil de poèmes scandinaves (VIII° siècle), l'orme et le frêne représentent la première femme et le premier homme.  
     
 
spacer